Quant à elle, la Compagnie Grise officiant dans la cour de Comper a fait partager à de gracieuses petites fées et à des escholiers attentifs ses rêves de Moyen Âge et de vaillante chevalerie…

En fin de journée, Wilfried a fait à son tour visiter l’exposition et mimé avec passion la grande geste arthurienne. Pour son dernier commentaire, puisque son stage se terminait là, il a su particulièrement faire ressentir à son auditoire toute la résistance opposée par Excalibur à l’effort des mains indignes qui espéraient l’arracher à la pierre. Il nous fit apprécier la métamorphose opérée par Arthur, transformant (je crois) le perron en une vulgaire motte de beurre et libérant ainsi l’épée avec une totale souplesse. De quoi en rester demi-sel autant qu’émerveillé.

Un lieu inspiré, de l’art contemporain et des guerriers en armures : voilà bien l’esprit du Centre Arthurien !