À peine de retour du Devon, visite, à Sainte-Suzanne, en Mayenne, aux maîtres de la Ferté-Clairbois, autrement dit notre ami Gilles Raab et Claudine, la Dame du château. Gilles, nous le connaissons depuis des années (il fut l’un des premiers à venir en spectacle à Comper, en 1993), mais la redécouverte du domaine qu’il construit obstinément depuis 20 ans a été un moment étonnant. À son savoir de médiéviste (je parle ici des vrais médiévistes, c’est-à-dire les chercheurs ou érudits spécialisés dans le Moyen Âge) et à son talent d’homme de lettres et de spectacle, il s’est adjoint le savoir faire d’artisans remarquables, plus, indispensable tout au long de l’aventure, la force d’un irrépressible rêve.

Et Clairbois enserre aujourd’hui dans ses murailles et palissades des salles de banquet décorées de fresques, une échoppe, des écuries, un champ de tournoi, des appartements nobles, une chapelle. Le tout couronné par un donjon entièrement rebâti en pierre, fermé par un pont-levis qui fonctionne, donjon lui-même construit sur les vestiges de « ruines romaines », architectures nées de l’imagination du maître des lieux qui, mieux que personne, sait faire découvrir ce qu’il appelle bellement « l’histoire imaginaire d’une Ferté inventée ».

Les heures passées à Clairbois ont été d’autant plus agréables que quelques-uns de nos amis de la Compagnie Lys et Lion étaient là aussi.

Pour en savoir plus :

http://www.ferteclairbois.com/index_2.php

http://lyslion.oxatis.com/

Dialogue avec les ours

Frédéric Chesneau, vous l’avez souvent vu au Centre Arthurien, avec sa compagne Élodie Houdas. Elle danse avec ses perroquets, s’enlace à des pythons blancs, fait obéir des chèvres, ou joute comme un chevalier ; parmi ceux qui l’ont admirée, qui a oublié Mathilde de Comper ?

Fred, lui, nous rend en général visite avec un de ses ours – royaume arthurien oblige ! Pendant des années, ce fut Julia, l’ourse brune. Depuis deux ans, c’est l’ourson Valentin (plus tellement ourson d’ailleurs) qui en grandissant fait le fier à bras, tandis que Julia feint de l’ignorer et goûte plus souvent aux plaisirs de son parc personnel. Cet été encore, Fred et Valentin étaient là, et après le spectacle quelques privilégiés ont pu assister au bain et au goûter de Valentin (oh, presque rien, un petit cageot de croissants et un sac de guimauves).

Si vous voulez les revoir, regardez le documentaire Super héros, qui passera sur France 4 le dimanche 2 janvier à 22 h 45.

Sous ce titre qui renvoie aux créations des Marvel Comics et à une flopée de films plus ou moins réussis, le réalisateur s’est attaché à présenter « la vie de personnes ordinaires aux pouvoirs extraordinaires », comme le dit le dossier de presse de l’émission. Je ne sais pas si les pouvoirs de Fred sont extraordinaires, mais je sais que ni Élodie, ni lui ne sont des gens ordinaires. Et que la façon dont ils vivent et travaillent avec leurs animaux l’est encore moins. D’ailleurs, Frédéric est l’auteur d’un joli livre de souvenirs où il raconte comment il s’est découvert le don de communiquer avec les animaux et ce qu’il en advint.

La référence du livre : Je parle aux animaux : les secrets d’un dresseur par Frédéric Chesneau (Robert Laffont, existe aussi en Livre de Poche).

Voici le lien de la bande annonce (où les intervenants ne brillent pas forcément par la finesse de leurs analyses).

http://www.dailymotion.com/video/xg6lg7_teaser-super-heros_tv

Et si vous voulez d’autres images de la compagnie Atchaka, que dirigent Frédéric et Élodie, c’est par là : http://atchaka.free.fr/accueil_fr.htm